Offcanvas Info

Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

CHEKARA ET/OU CHARI3A LAIC ?

Ajouter aux favoris
Ajouté 29-02-2020 19:19:24
Publié par

Description

CHEKARA ET/OU CHARI3A LAIC ?

La seule vérité de la constitution Algérienne en vigueur est déclinée comme suit :

« Le peuple Algérien est un peuple libre.

Son histoire, plusieurs fois millénaire est une longue chaine de luttes qui ont fait de l’Algérie de toujours une terre de liberté et de dignité. »,

Tout ce qui suivra après cette juste affirmation, que ca soit dans les textes ou dans les pratiques, n’est qu’une succession de supercheries, de falsifications et d’arnaques afin d’enrober les pratiques répressives et mafieuses d’un pouvoir militaire illégitime qui a confisqué l’indépendance acquise en 1962 au prix d’énormes sacrifices et de haute lutte par nos parents et grands parents.

Nous venons de commémorer le 1er anniversaire de la révolution pacifique ininterrompue du peuple Algérien à l’intérieur du pays et dans la diaspora aux quatre coins du globe.

Malgré le black out médiatique universel quasi-unanime sur cette révolution unique au monde, elle n’en fait pas moins l’objet d’admiration de tous les peuples de la planète et d’études dans toutes les chaires de sociologie et de sciences politiques des universités partout dans le monde.

Néanmoins et comme j’ai eu l’occasion de le dire dans ma précédente contribution ici même sur AWH intitulée «  el la3b belmegloub », malgré les énormes sacrifices et les acquis arrachés durant toute cette année, notre révolution n’a pas encore atteint son objectif principal qui n’est autre que la chute du régime mafieux et dictatorial de la JUNTE MILITAIRE des GININARS ainsi que l’instauration d’une REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET SOCIALE.

En ce lendemain du V54, comme pour faire un clin d’œil a 1954, une succession d’ événements politiques fait que les cartes commencent a s’abattre et les masques a tomber un par un.

  • L’incapacité flagrante du berzid-ane potiche désigné par l’armée à prendre la moindre des décisions en assumant ses prérogatives.
  • L’absence de la moindre volonté politique de la junte militaire, tapie dans l’ombre comme toujours, à répondre aux revendications du peuple ainsi que sa volonté criarde de faire perdurer et régénérer le système mafieux en vigueur depuis 1962.

Ceci symbolisé par un ultime affront au peuple ayant consisté en la libération et l’acquittement pur et simple du fils teboune impliqué dans les affaires dites «  el boucher » lequel s’est transformé à l’occasion, comme par miracle, en avocat acharné de l’accusé.

Ca ne serait pas étonnant, histoire de boucler la boucle, que des dommages et intérêts conséquents soient accordés par la justice du téléphone au fils tebboune pour ses 18 mois d’incarcération « injuste »

Symbolisé aussi par la « mission » que la junte a confié a sa dernière recrue le ministre-cafarologue chargé d’egyptianiser le résidu industriel du pays en offrant sur un plateau la gestion des deux plus grands complexes industriels du pays, quelles que soient leurs tares, a l’armée la «  sauveuse ».

  • Pendant ce temps là, les adeptes du camp islamo-baathiste-conservateur en embuscade avec ses différentes composantes dont l’objectif commun et unique consiste en une aliénation culturelle et cultuelle de notre chère Algérie ne cessent de rêver debout a une chimérique « ouma arabiya islamiya » transnationale, par takiya interposée. Ils n’arrêtent pas de vouloir faire main basse sur la révolution populaire du peuple et d’en cueillir seul les dividendes.

Les composantes de ce courant rétrograde et mortifère dans les fondements même de sa doctrine hégémonique et exclusiviste, histoire de ne pas mettre tout leurs œufs dans le même panier et « gagner » a tout les coups, se sont partagés les taches.

Certains ( Mokri, Djaballah, Bengrina… etc..) ont opté pour « l’entrisme » en s’alliant avec leurs mentors du pouvoir mafieux.

D’autres ( Rachad, Fis ) profitant de leurs moyens financiers considérables a l’origine douteuse, de leur sens quasi-sectaire d’organisation et d’action se sont parés par pure stratégie des costumes d’opposants et néo-démocrates exploitant a outrance les querelles Byzantines, la désunion et l’angélisme naïf du vrai camp démocrate et progressiste.

Ils profitent également du quasi-monopole de la chaine « el magharibiya », si on excepte berbère tv qui tente de résister avec ses faibles moyens et son audience restreinte, pour diffuser une information différente mais très orientée sur la réhabilitation et le blanchiment du FIS, ainsi que des live facebook et youtube quotidien et ininterrompu de Zitout et Amir DZ depuis le début du « Hirak ».

Le silence complice ou coupable, la peur d’être accusé de vouloir saborder la révolution du camp progressiste et démocrate conjugué au principe ravageur du «  ce n’est pas le momentisme » ne cessant de faire tant de mal ont fait croire a ces islamistes que la partie est « gagnée » et que le temps de s’emparer de la révolution et cueillir le «  fruit mure » est arrivé.

  • Le camp progressiste et démocrate pendant ce temps là reste « spectateur » face a cette stratégie, parfois même se laissant entrainer et ce avec la complicité du pouvoir mafieux qui tente d’empêcher toute tentative d’initiative de ce camps a travers les interdictions de réunions comme pour le PAD et le manifeste du 22 février… etc.…

Surviennent à ce moment là deux événements majeurs qui sont venus secouer le cocotier et remettre les pendules à l’heure en recentrant le débat :

  1. La visite « amicale » a Ali Belhadj de Bouregaa, Bouchachi et S.Belarbi tout juste libéré fortuitement de prison alors qu’il est accusé d’exactement des mêmes chefs d’accusations que F.Boumala qui lui reste en prison.

Le même S.Belarbi qui sitôt sorti de prison s’est empressé de recevoir en priorité chez lui Bengrina et son mentor Djabellah, édifiant et parlant !!

  1. L’apparition lors de la marche du 16 février dernier a Paris du slogan « dawla madaniya matchi 3askaria wa la diniya » scandé par notre ami Djilou sous le regard abasourdi et horrifié des « rachadistes » et autres islamistes se croyant en terrain conquis exclusivement à eux.

Suivi le dimanche 23 février par la prise de parole du même Djilou au rassemblement hebdomadaire de la place de la république a Paris dont lequel il avait repris le slogan dérangeant et en rappelant a certains de ces islamistes reconvertis en néo-démocrates par pure takiya leurs crimes passés et ce sous le regard médusé de tout ces « takiyistes » mais aussi sous les applaudissements de beaucoup d’autres lesquels jusque là n’osaient pas se manifester malgré leurs désaccords sur ce qui se déroulait sous leurs yeux.

Depuis les langues dans les deux camps ne cessent de se délier et c’est très salutaire a mon sens.

Notre ami Djilou fait l’objet d’un tir groupé de tous les leaders de cette mouvance sortis subitement du trou qui ont vu leur plan machiavélique el kheda3 mis à nu.

Ils usent pour cela, comme par hasard, des mêmes éléments de langage que le pouvoir mafieux ce qui prouve implacablement leur connivence tacite sur le dos des vrais patriotes luttant pour la vraie démocratie et l’Algérie Algérienne et laïc.

Le summum est venu par la bouche du vassale d’erdogan Mr Mokri qui accuse le camp progressiste démocrate et laïc de vouloir détourner la révolution.

Il propose lâchement et sournoisement pour y remédier de «  immuniser= hassanete » la révolution en déplaçant la capitale a l’intérieur du pays, sous entendu en filigrane l’éloigner des « faykines » algérois, la Kabylie rebelle et des impies kabyles réfractaires a leurs sombres projet.

De l’autre coté dans le camps « progressiste démocrate » certains ne cessent depuis de crier au loup en disant qu’il ne faut rien avoir a négocier avec le camps adverse nous renvoyant ainsi au début des années 90 en en nous rappelant la lutte acharnée entre ce qui a été appelé a cette époque « éradicateurs-réconciliateurs », presque 30 années plus tard on en connait les résultats et les conséquences.

Pas plus tard qu’hier soir vendredi 28/02 on en a eu une illustration parfaite a travers le live AWH avec M Drais et le débat dans l’after qui s’en est suivi.

En effet, M Drais a dit en gros qu’on ne peut se passer de composer avec la composante dite islamiste de la société a la condition de les amener a la table des négociations et les forcer a signer une sorte de pacte républicain dont lequel serait garanties toutes les libertés collectives et individuelles sans aucune restriction, position que pour ma part je partage entièrement.

En l’état actuel de la société Algérienne on ne peut faire autrement à moins de vouloir « changer de peuple » ou encore une fois « se tromper de société ».

Pour finir je dirais aux membres de ce camps islamiste qui prétendent que nous avons le même adversaire, le même objectif a savoir la chute de ce régime mafieux de la junte militaire que nous sommes parfaitement disposés a vous accorder le bénéfice du doute malgré tout.

Mais de grâce et détrompez vous, ne nous prenez pas pour des naïfs ou des amnésiques, cessez d’avancer masqués et de louvoyer derrière notre dos en nous demandant de taire nos revendications pendant que les vôtres sont mises au devant de la scène avec la complicité du pouvoir dictatorial depuis le lendemain de l’indépendance.

L’Algérie se fera avec nous et nos revendications légitimes ou alors sachez qu’elle ne se fera pas et tout vas partir «  a l’âne » comme le dit si bien une expression populaire kabyle et ainsi tout le monde sera perdant sauf le pouvoir mafieux.

Nous vous disons aussi très sincèrement que dans l’Algérie dans nous rêvons, il y’aura de la place pour vous.

En sera-t-il de même pour nous dans l’Algérie de vos rêves ? Le passé et vos comportements actuels nous poussent légitimement à en douter.

Aussi a vous de faire honnêtement, sincèrement votre « aggiornamento » et votre mea-culpa en cessant de vouloir manipuler et faire main basse sur la révolution citoyenne et concentrer nos efforts sur l’objectif commun.

CONCLUSION

Pour terminer je ne peux m’empêcher de paraphraser notre ami Mahmoud (Algérien libre) qui disait que notre chère Algérie si elle veut définitivement s’en sortir en montant dans le train de la modernité, du progrès et de l’universalité en édifiant une ALGERIE ALGERIENNE elle ne peut faire l’économie d’une double rupture radicale :

  1. Rupture avec le régime militaire de l’ombre en renvoyant a jamais l’armée dans les casernes qui ne se limitera désormais qu’a ses seules prérogatives constitutionnelle de défense de la patrie.
  2. Rupture avec l’islamisme et l’islam politique en renvoyant la religion de la sphère publique et de la politique en considérant que la religion est une affaire spirituelle personnelle pour tout un chacun.

D’où le slogan cher a notre ami Djilou :

DAWLA MADANIYA MATCHI 3ASKARIA WA LA DINIYA.

Tout ce qui précède n’est que le produit de mes propres réflexions et observations sur les événements concernant notre chère Algérie afin de contribuer aux débats s’y déroulant.

Sahitou, Thanemirth, Merci de me lire et parfois m’écouter aussi nombreux sur AWH.

EPILOGUE

Comme d’habitude et histoire d’apporter « un peu de douceur dans ce monde de brutes » ainsi que partager avec vous mes gouts musicaux d’incorrigibles mélomane citoyen du monde.

Ci-joint ci-dessus 2 ziks comme disent les djeun’s produit de jeunes bien de chez nous que Djilou nomme à juste titre «  le rouleau compresseur ».

Comment peut on avoir le cœur de brimer ou censurer des talents pareils, c’est tout simplement un crime contre l’humanité.

Disons que ca sera un petit clin d’œil à nous autres de la diaspora que les vicissitudes de la vie à disperser aux quatre coins du globe a «  l’insu de notre plein gré ». Enjoy !!

Suivi par un chef d’œuvre de cheikh el hesnaoui sur l’exil

Enfin un classique du cardinal en rapport avec l’objet de l’article interprété par deux cheikhs aujourd’hui décédés paix a leurs âmes.

 

 

Détails de l'Article

ID de l'Auteur: 53
Affiché: 41567
Expire: 28-02-2021 01:00:00

Commentaires

Custom Banner